Juin 2017

La vie telle qu’elle est chez LCL : Matthias Borremans, Project Manager Facilities
 

Systèmes de refroidissement écologiques

Matthias Borremans travaille depuis près d’un an comme Project Manager Facilities chez LCL.
En quoi consiste exactement sa fonction ? Quels projets suit-il ?

Dans ce « blog invité », Matthias nous raconte.

En tant que Project Manager Facilities, j’accompagne différents projets au sein de LCL. Je conseille entre autres les membres de la direction lorsqu’ils doivent choisir entre différentes techniques ou topologies. Il y a des centaines d’aspects dont il faut tenir compte dans un centre de données. Il est impossible de les étudier ou de les concevoir seul. C’est pourquoi je collabore avec des bureaux d’étude qui s’occupent d’autres facettes du centre de données.

La préparation de la construction d’un nouveau centre de données à Alost constitue un grand projet auquel je travaille pour l’instant. LCL dispose déjà d’un bâtiment à Alost à l’arrière duquel vont venir s’ajouter 1 200 m2 de salle de données. Un centre de données, on ne le fait pas sortir comme ça de terre. Cela nécessite jusqu’à un an et demi de recherche au préalable. Je contrôle l’étude, l’exécution et la livraison du projet. À cet égard, je cherche toujours les meilleures techniques et j’aime sortir des sentiers battus. Un centre de données est très énergivore et j’aime proposer de nouvelles idées pour qu’il soit le plus écologique possible.

Un exemple : j’ai examiné les différentes options de refroidissement du nouveau centre de données. Vaporiser celui-ci d’eau constitue une manière de maintenir froids les générateurs de refroidissement : c’est ce qu’on appelle le refroidissement adiabatique. Dans ce système, on utilise à cet effet de l’eau potable qui s’évapore ensuite à nouveau. Chez LCL, nous avons eu un débat éthique à ce sujet : peut-on utiliser de l’eau potable comme refroidissement pour la laisser ensuite simplement s’évaporer ? Bien qu’un tel système ne consomme pas beaucoup d’énergie, soit compact et puisse être complètement redondant, nous avons décidé qu’il n’était pas écologiquement responsable et nous avons cherché une autre solution. Nous avons opté pour un système qui permet de capter l’eau de pluie pour refroidir les aéroréfrigérants lors des journées plus chaudes.

Par ailleurs, le régime thermique de l’eau de refroidissement dans le centre de données d’Alost sera plus élevé que dans les systèmes traditionnels. Cette eau est refroidie par l’air extérieur (lorsque la température extérieure est plus fraîche qu’à l’intérieur, ce qui est le cas la majorité de l’année en Belgique), si bien qu’aucune machine de refroidissement n’est nécessaire. Pour pouvoir profiter un maximum de ce « free cooling », on opte pour des aéroréfrigérants de la plus grande taille possible afin de pouvoir éliminer plus facilement la chaleur. Le free cooling nous permet d’économiser une grande quantité d’énergie.

Le système de refroidissement dans le nouveau centre de données d’Alost sera doublement redondant (2N). Cela veut dire qu’un back-up supplémentaire est prévu. Parce que nous voulons optimiser la taille de la nouvelle salle de données, les générateurs de refroidissement se trouvent sur le toit. L’intervention d’un ingénieur en stabilité s’est avérée nécessaire.

Le projet de construction d’Alost sera terminé fin de l’année prochaine, en 2018.

LCL, votre partenaire en data center outsourcing