Unissons nos forces pour l’externalisation des centres de données

24 avril 2017

Au cours des dernières années, j'ai tenté, avec l'association néerlandaise des centres de données, de créer une association belge de centres de données sous une forme ou une autre, afin de promouvoir les intérêts des centres de données de notre pays.

Cette organisation nous placera sur la carte internationale du fait de notre position unique au cœur de l'Europe, Londres et Paris à seulement 5 millisecondes et Amsterdam encore plus proche. Vous pouvez probablement vous rapporter à l'idée.

Les Belges ont non seulement une brique dans le ventre, mais aussi un centre de données ou une salle de serveurs dans le ventre.

En termes d'externalisation de centres de données, notre pays doit être classé au bas de la liste. Les gens ne se sentent pas à l'aise si leur serveur n'est pas dans leur sous-sol, pour ainsi dire.

Lorsque j'entends les directeurs informatiques dire à quel point leur direction envisage l'impartition potentielle de leur centre de données, j'ai parfois le sentiment d'être de retour au Moyen-Âge.

Mais à cette époque, il y avait bien sûr des forteresses et les gens n'avaient pas besoin d'électricité. Aujourd'hui, les besoins des entreprises sont un peu plus sophistiqués et les centres de données internes ou les salles de serveurs sont légèrement plus vulnérables qu'un arsenal de forteresse.

Cela étant, il serait très utile de promouvoir conjointement des centres de données externes.

Malheureusement, la plupart des entreprises de centres de données belges n’adoptent que la collaboration. Ils se limitent à leurs propres défis quotidiens, plutôt que d’investir du temps dans l’union de leurs forces, sans parler du dépassement des frontières nationales.

Bien sûr, je suis néerlandais. J'ai constaté de réels efforts dans ce domaine aux Pays-Bas, et ils portent leurs fruits. Mais en Belgique, LCL n’est qu’une voix solitaire dans le désert.