LCL participe au Code de Conduite Européen des Data Centers sur l’efficacité énergétique

Jusqu’à 2 % des émissions de CO2 au niveau mondial peuvent être imputées au secteur ICT. On estime en outre que l’empreinte écologique des centres de données est celle qui augmente le plus rapidement de tout le secteur ICT, notamment en raison des nouveaux développements comme le cloud computing et la numérisation. Le Code de Conduite Européen (European Code of Conduct) pour les centres de données a été créé pour limiter la consommation croissante d’énergie des centres de données et réduire leur impact sur l’environnement, l’économie et la consommation d’énergie. Le programme fixe des normes ambitieuses qui informent et encouragent les participants à réduire rentablement leur consommation d’énergie, sans porter atteinte à la fonction cruciale des centres de données. Un rapport des Nations-Unies révèle encore cette semaine que des changements « radicaux et sans précédent » sont nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques.

La participation de LCL au programme a été approuvée. L’entreprise de centres de données promet ainsi de s’approprier le code de conduite, dans un processus d’amélioration continue. Pour le processus de candidature, LCL a réalisé une mesure de référence énergétique et un audit afin d’identifier les économies potentielles. LCL a également présenté un plan d’action. L’étape suivante concerne la mise en œuvre du plan d’action et le contrôle régulier de la consommation d’énergie. Pour réaliser l’audit et préparer le plan d’action, LCL a fait appel aux conseils de l’entreprise de consultation informatique durable Carbon3IT.

« Le but est de prendre davantage conscience de la consommation de nos centres de données et de leur impact environnemental et de prendre action », souligne le managing director Laurens van Reijen. « Les centres de données sont de gros consommateurs, mais ils sont aussi indispensables. C’est la raison pour laquelle nous devons réfléchir à des manières d’optimiser leur efficacité énergétique. Nous avons désormais une meilleure idée de notre consommation d’énergie et réfléchissons de façon proactive à de futures actions pour la maîtriser. Le premier domaine sur lequel nous nous concentrons est l’augmentation de l’efficacité énergétique du refroidissement. Nous commençons déjà à voir les fruits de nos efforts. »

Le power usage effectiveness (PUE) est calculé en divisant la consommation totale du centre de données par la consommation énergétique des équipements informatiques (serveurs, stockage, réseau). Plus ce chiffre est proche de 1, plus le centre de données est efficace sur le plan énergétique. Depuis le début du processus de candidature, le PUE de LCL a baissé de 5 à 7 %.


Première entreprise de centres de données en Belgique à être endorser du Code de Conduite

LCL est également la première entreprise de centres de données en Belgique à être également endorser du programme, c’est-à-dire promoteur et conseiller du code de conduite auprès de ses clients. L’organisation met à disposition des directives de meilleures pratiques pour la gestion énergétique. « Les règles seront de plus en plus nombreuses pour les entreprises informatiques », affirme Laurens van Reijen. « Nous conseillons volontiers nos clients à propos des meilleures pratiques qu’ils peuvent appliquer pour économiser de l’énergie et réduire leurs émissions de CO2. Nous sommes impatients de découvrir les nouvelles directives en termes de conception écologique des serveurs qu’élabore actuellement la Commission. Nos clients seront alors en mesure de choisir des serveurs moins énergivores en toute connaissance de cause. »